Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en fonction de la variété cultivée

De Agro-PEPS.

Example sunflower image
Page en cours de rédaction


Cette page n'est pas suffisamment renseignée

            Vous pouvez contribuez à faire progresser sa rédaction en publiant vos commentaires dans l'espace d'échanges!


Date de dernière modification: 23/12/2011

Contributeurs initiaux :

François Dumoulin
CA 60
francois.dumoulin(at)agri60.fr
Fresnoy le Luat (60)




Rémy Ballot
INRA
remy.ballot(at)grignon.inra.fr
Grignon (78)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

Sommaire

Présentation de la technique

Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Définir une dose prévisionnelle de fertilisation azotée par la méthode du bilan en prenant en compte les besoins unitaires (coefficient "petit b" de la variété cultivée.

Exemple de mise en oeuvre :

Lors du calcul de la dose prévisionnelle d'azote d'une culture, les besoins unitaires de chaque variété sont  à prendre en compte ; de 2,7 à 3,6 u/q selon la variété de blé tendre, de 3,7 à 4,1 selon la variété de blé dur. Ceci implique de prendre en compte la variété dans la définition de l'objectif de rendement pour calculer les besoins de la culture.

Observations générales :

Echelle temporelle de mise en oeuvre : sur la culture


Echelle spatialede mise en oeuvreparcelle


Possibilité d'extrapolation (adaptation locale) à

- Toutes les cultures :'Pas généralisable

Les besoins unitaires sont différenciés en fonction de la variété uniquement pour les cultures majeures : blé tendre, blé dur…

- Tous les types de sols : Facilement généralisable


- Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Texte réglementaire de référence :

Influence de la réglementation  


Objectifs, modes d'action, efficacité, techniques complémentaires et incompatibles

Efficacité : +++ : forte, même si technique utilisée seule - ++ : moyenne si technique utilisée seule, à combiner - +  Faible si technique utilisée seule, à combiner

Indice de confiance : Fort - Moyen - Faible - Nouveauté

Expériences connues : Nombreuses - Quelques unes - Très peu

Objectif Mode d'action détaillé technique(s) complémentaire(s)
technique(s) incompatible(s)
Précisions

Limiter excès azote

Limiter apports engrais azotés

Améliorer efficience énergétique

Limiter émissions protoxyde d'azote

Le calcul d'une dose prévisionnelle prenant en compte la variété permet d'estimer plus précisément la quantité d'azote à apporter, et peut donc permettre de limiter cette quantité à la dose strictement nécessaire. Les risques de surfertilisation sont ainsi réduit ainsi que les pertes par lixiviation de nitrate ou émissions de protoxyde d'azote qui y sont liées. Ceci contribut à améliorer l'efficience énergétique de la production.

Se fixer des objectifs de rendement correspondant aux potentialités des parcelles

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en cours de campagne à partir de mesures, pesées ou observations

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en fonction du précédent et de l'interculture

 

Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité : Culture

Echelle spatiale d'efficacité : Parcelle

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Effets de la technique sur la durabilité du système de culture

Critères "environnementaux"

Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...)  Diminution 

La prise en compte de la variété dans le calcul de la dose prévisionnelle permet de limiter les risques de surfertilisation, et donc les risques de transfert d'azote vers l'eau par lessivage.

Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...) pas d'effet (neutre)


Consommation d'énergie fossile : Diminution

La prise en compte de la variété dans le calcul de la dose prévisionnelle permet de limiter la consommation d'énergie fossile liée à la fabrication d'engrais minéraux apportés en excès.

Dégagement de GES : Diminution

La prise en compte de la variété dans le calcul de la dose prévisionnelle permet de limiter les dégagements de gaz à effet de serre liés à la fabrication d'engrais minéraux apportés en excès et les émissions au champ de protoxyde d'azote.

Critères "agronomiques"

Effet sur le rendement de la culture :  pas d'effet (neutre)

Effet sur la productivité du système de culture : pas d'effet (neutre)

Dans le cas de variétés à besoins unitaires élevés, la prise en compte de ces éléments dans le calcul de la dose prévisionnelle permet de limiter les risques de pertes de rendement et de qualité dus à une carrence azotée.

Fertilité du sol pas d'effet (neutre)


Risque de stress hydrique : Diminution

Les excès de fertilisation qui maintiennent une masse végétative importante au delà du nécessaire, ont tendance à sensibiliser les céréales au stress hydrique

Biodiversité fonctionnelle : pas d'effet (neutre)


Risque maladies, verse, insectes :: Diminution

L'ajustement de la fertilisation azotée en prenant en compte les besoins unitaires de la variété permet de réduire le risque maladies, verse ou insectes lié à une fertilisation excédentaire.

Critères "économiques"

Charges opérationnelles :variable

La prise en compte de la variétée peut conduire à majorer ou à réduire la dose prévisionnelle, donc les charges de fertilisation.

Charges de mécanisation :pas d'effet (neutre)


Marges globales sur la culture :Augmentation

Marges sur la rotation :Augmentation

La prise en compte de la variété participe à maximiser l'efficience économique de la fertilisation azotée, donc à améliorer la marge de la culture.

Consommation de carburant :pas d'effet (neutre)


Critères "sociaux"

Charge de travail globale:pas d'effet (neutre)


Temps observations :pas d'effet (neutre)


Temps "mécanisation":pas d'effet (neutre)


Quelques références utiles...

Titre
Année

Nom(s) auteur(s)

et organisme(s)

editeur ou nom revue
Précisions

Calcul de la fertilisation azotée - Guide méthodologique pour l'établissement de prescriptions locales

2011

Comifer

Comifer

Brochure technique

Bilan azoté - Les besoins unitaires des nouvelles variétés de blé tendre

2006

Le Souder C., Blondlot A. (Arvalis)

Perspectives agricoles n°321, p50-51

Article de presse

Organismes vivants favorisés ou défavorisés par la technique

Bioagresseurs favorisés

Organisme
Intensité influence
Précisions









Bioagresseurs défavorisés

Organisme Intensité influence Précisions









Auxiliaires favorisés

Organisme Intensité influence Précisions









Auxiliaires défavorisés

Organisme Intensité influence Précisions









Cultures concernées

Blé dur, Blé tendre d'hiver

Mots-clés

Méthode de contrôle des bioagresseurs : Sans objet

Mode d'action  : Sans objet

Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides  : Sans objet

Type de technique :   Fertilisation

Outils personnels