Implanter des cultures intermédiaires à effet allélopathique ou biocide, biofumigation

De Agro-PEPS.

Example sunflower image
Page en cours de rédaction


Cette page n'est pas suffisamment renseignée

            Vous pouvez contribuez à faire progresser sa rédaction en publiant vos commentaires dans l'espace d'échanges!


Espace d'échanges associé

Date de dernière modification: 07/09/2011

Contributeurs initiaux :

Julien Halska

INRA
julien.halska(at)grignon.inra.fr
Dijon (21)

Sébastien Minette

Chambre Régionale d'Agriculture Poitou-Charentes

Sebastien.MINETTE(at)poitou-charentes.chambagri.fr

Lusignan (86)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

Sommaire

Présentation de la technique

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Caractérisation de la technique

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Description de la technique :

Implanter plusieurs mois avant le semis de la culture principale une culture intermédiaire en choisissant une espèce connue pour ses effets allélopathiques (émission de composés chimiques qui agissent sur le développement d'autres espèces, en particulier des adventices). Pour la lutte contre les adventices, le pouvoir concurrentiel global de la culture intermédiaire doit être pris en compte. Certains suggèrent de détruire et d'incorporer le couvert intermédiaire aux couches superficielles du sol quelques semaines avant le semis de la culture afin d'éviter un éventuel impact négatif sur la culture. D'autres estiment qu'il faut réaliser ces opérations le plus tard possible pour que les composés allélopathiques soient encore actifs, ce plutôt dans le cas des ravageurs et maladies. La biofumigation au sens strict décrit la phase d'incorporation des résidus au sol et leur dégradation en composés toxiques.

Exemple de mise en oeuvre :

Implantation de moutarde contre les nématodes avant betterave sucrière. Implantation de crucifères avant pois de printemps pour l'effet des glucosinolates sur Aphanomyces.

Observations générales :

La définition de l'allélopathie ne fait pas totalement consensus. Certains n'y incluent que les interactions entre végétaux, d'autres entre tous types d'êtres vivants. D'autre part, l'existence de ce phénomène a été longtemps controversée. Si elle est aujourd'hui prouvée, cet effet est très difficile à isoler d'autres interactions comme la compétition pour les ressources.

Echelle temporelle de mise en oeuvre interculture

La culture intermédiaire doit se développer suffisamment afin d'exprimer ses effets allélopathiques. Il conviendra donc de définir des dates de semis pertinentes en fonction de l'espèce(s) choisie(s), du sol et du climat.

Echelle spatiale de mise en oeuvreparcelle

Possibilité d'extrapolation (adaptation locale) à

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

- Toutes les cultures : Facilement généralisable

Les possibilités sont variables en fonction de la durée de l'interculture et de la culture suivante. Il est déconseillé d'implanter une espèce déjà présente dans la rotation (composée avant tournesol, crucifère dans rotation courte avec colza, …).

- Tous les types de sols : Facilement généralisable

Choix des espèces et variétés à adapter au sol (recommandations "habituelles" sur les cultures intermédiaires).

- Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

Choix des espèces et variétés à adapter au climat local.

Réglementation

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Texte réglementaire de référence : Directive nitrate

Influence de la réglementation   Positive

La Directive Nitrate impose la couverture du sol pendant l'hiver en zone vulnérable, on peut saisir cette oppotunité pour choisir un couvert à effet allélopathique.

Objectifs, modes d'action, efficacité, techniques complémentaires et incompatibles

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Efficacité : +++ : forte, même si technique utilisée seule - ++ : moyenne si technique utilisée seule, à combiner - +  Faible si technique utilisée seule, à combiner

Indice de confiance : Fort - Moyen - Faible - Nouveauté

Expériences connues : Nombreuses - Quelques unes - Très peu

Objectif Mode d'action détaillé technique(s) complémentaire(s)
technique(s) incompatible(s)
Précisions
Limiter herbicides

Certaines espèces qui peuvent être semées en culture intermédiaire permettent de lutter contre les adventices à travers trois effets dont il est difficile de mesurer les contributions respectives : 1) par leur pouvoir concurrentiel (pour la lumière et les ressources du sol) elles empêchent le développement d'adventices qui se développeraient pendant l'interculture. 2) elles inhibent leur germination ou leur croissance par effet allélopathique (émission de composés chimiques au niveau des racines, des parties aériennes ou lors de la décomposition des résidus). 3) l'incorporation de résidus à C/N élevée provoque une immobilisation de l'azote qui limite la croissance des adventices, mais aussi de la culture, sauf légumineuse.

Cultiver des espèces diversifiées dans la rotation

Labourer (et répartir les labours dans la rotation)

Cultiver des espèces pluriannuelles

 

Réaliser des faux-semis pendant l'interculture

Réaliser un travail du sol superficiel après la récolte

Favoriser les repousses après la récolte

Efficacité : +

Echelle temporelle d'efficacité : rotation

Echelle spatiale d'efficacité : parcelle

Indice de confiance : moyen

Expériences connues : nombreuses

Limiter insecticides / molluscicides

Emission de composés qui peuvent aider à limiter le développement des ravageurs telluriques par leur toxicité. De plus, les cultures intermédiaires peuvent rompre le cycle de certains ravageurs.

Implanter des cultures pièges

Cultiver des espèces diversifiées dans la rotation

Semer / repiquer des variétés peu ou moins sensibles aux ravageurs

 

Réaliser des faux-semis pendant l'interculture

Réaliser un travail du sol superficiel après la récolte

Favoriser les repousses après la récolte

Efficacité : +

Echelle temporelle d'efficacité : rotation

Echelle spatiale d'efficacité : parcelle

Indice de confiance : nouveauté

Expériences connues : aucune

Limiter fongicides

Emission de composés qui peuvent aider à limiter le développement des pathogènes telluriques par leur toxicité. L'utilisation la plus connue est celle de couverts de crucifères riches en glucosinolates contre le rhizoctone brun de la betterave (on parle de biofumigation). De plus, les cultures intermédiaires peuvent rompre le cycle de certains pathogènes. L'aération du sol par les racines de la culture intermédiaire aide à la décomposition rapide des résidus du précédent, ce qui défavorise le développement des pathogènes.

Cultiver des espèces diversifiées dans la rotation

Semer / repiquer des variétés tolérantes ou résistantes aux pathogènes

Ne pas introduire de bioagresseurs via les semences

 

Réaliser des faux-semis pendant l'interculture

Réaliser un travail du sol superficiel après la récolte

Favoriser les repousses après la récolte

Efficacité : +

Echelle temporelle d'efficacité : rotation

Echelle spatiale d'efficacité : parcelle

Indice de confiance : moyen

Expériences connues : très peu

Limiter autres pesticides

Emission de composés qui peuvent aider à limiter le développement de certains bioagresseurs telluriques par leur toxicité. De plus, les cultures intermédiaires peuvent rompre le cycle de certains ravageurs.

Implanter des cultures pièges

Cultiver des espèces diversifiées dans la rotation

Mettre en place des perchoirs à rapaces

Réaliser des faux-semis pendant l'interculture

Réaliser un travail du sol superficiel après la récolte

Favoriser les repousses après la récolte

Efficacité : +

Echelle temporelle d'efficacité : rotation

Echelle spatiale d'efficacité : parcelle

Indice de confiance : fort

Expériences connues : nombreuses

Limiter transferts azote vers eau

L'azote minéral prélevé par le couvert à l'automne diminue l'azote disponible dans le sol à l'automne et ainsi le stock d'azote potentiellement lessivable pendant la  période de drainage.

Se fixer des objectifs de rendement correspondant aux potentialités des parcelles

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en fonction du précédent et de l'interculture

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en fonction de la variété cultivée

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en cours de campagne à partir de mesures, pesées ou observations

Réaliser des faux-semis pendant l'interculture

Réaliser un travail du sol superficiel après la récolte

Favoriser les repousses après la récolte

Efficacité : +++

Echelle temporelle d'efficacité : interculture

Echelle spatiale d'efficacité : parcelle

Indice de confiance : fort

Expériences connues : nombreuses

Limiter transfert phosphore vers eau

Le couvert absorbe également du phosphore (8-10 kg par tMS), limitant ainsi le risque de transfert vers les eaux.

Implanter des légumineuses en interculture

Adapter le travail du sol au sens de la pente

Enherber / végétaliser les bords de cours d'eau

Réaliser des faux-semis pendant l'interculture

Réaliser un travail du sol superficiel après la récolte

Favoriser les repousses après la récolte

Efficacité : ++

Echelle temporelle d'efficacité : interculture

Echelle spatiale d'efficacité : parcelle

Indice de confiance : fort

Expériences connues : nombreuses

Limiter érosion

La présence d'un couvert favorise l'infiltration de l'eau limite le ruissellement et par conséquent l'entrainement de particules de terre par l'eau. Le couvert favorise également la résistance du sol à l'arrachement.

Adapter le travail du sol au sens de la pente

Réaliser un travail du sol plus grossier

Restituer et laisser en surface les résidus de la culture précédente

Réaliser des faux-semis pendant l'interculture

Réaliser un travail du sol superficiel après la récolte

Favoriser les repousses après la récolte

Efficacité : +++

Echelle temporelle d'efficacité : interculture

Echelle spatiale d'efficacité : parcelle

Indice de confiance : fort

Expériences connues : nombreuses

Limiter battance

La présence d'un couvert constitue une protection physique des sols contre la battance causée par les précipitations.

Réaliser un travail du sol plus grossier

Réaliser des apports d'amendements minéraux basiques

Restituer et laisser en surface les résidus de la culture précédente

Réaliser des faux-semis pendant l'interculture

Réaliser un travail du sol superficiel après la récolte

Favoriser les repousses après la récolte

Efficacité : ++

Echelle temporelle d'efficacité : interculture

Echelle spatiale d'efficacité : parcelle

Indice de confiance : fort

Expériences connues : nombreuses

Accroitre la biodiversité végétale domestique

L'implantation en interculture d'espèces différentes des cultures principales permet d'accroitre la biodiversité végétale domestique.

Cultiver des espèces diversifiées dans la rotation

Cultiver des espèces et variétés diversifiées à l'échelle du territoire

Implanter des bandes herbeuses et florales en bordure des parcelles

Réaliser des faux-semis pendant l'interculture

Réaliser un travail du sol superficiel après la récolte

Favoriser les repousses après la récolte

Efficacité : +++

Echelle temporelle d'efficacité : rotation

Echelle spatiale d'efficacité : parcelle

Indice de confiance : fort

Expériences connues : nombreuses

Effets de la technique sur la durabilité du système de culture

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Critères "environnementaux"

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...)  Diminution 

Réduction via la réduction de l'utilisation de pesticides (variable selon les molécules) et le piégeage d'azote et de phosphore par le couvert.

Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...) : Diminution

Réduction via la réduction de l'utilisation de pesticides variable selon les molécules.

Consommation d'énergie fossile Augmentation

L'implantation et la destruction du couvert entraine une consommation de carburant plus importante que le maintien du sol nu pendant l'interculture (sauf légumineuse en interculture qui permet de réduire les apports d'azote) s'il n'y a pas de travail du sol pendant cette période.

Dégagement de GES variable

L'implantation et la destruction du couvert entrainent des émissions de GES liées à la consommation de carburant. Le développement du couvert permet de stocker du carbone dans le sol. Le bilan est donc "variable" à l'échelle de la culture.

Biodiversité  : Augmentation

La présence de couvert favorise certaines espèces en leur fournissant refuge et nourriture (insectes, macro et microfaune du sol, oiseaux, etc.). Cet effet est variable selon la nature du couvert, par exemple s'il s'agit d'une espèce nectarifère ou pas.

Diversité de la structure du paysage  : Augmentation

La couverture du sol permet de diversifier le paysage pendant la période d'interculture.

Critères "agronomiques"

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Effet sur le rendement de la culture : Sans objet

Effet sur la productivité du système de culture : pas d'effet (neutre)

En cas de destruction trop tardive, la culture intermédiaire peut provoquer des effets dépressifs sur la culture suivante (disponibilité en eau et en azote). L'effet allélopathique peut éventuellement toucher la culture suivante en plus des adventices. Attention à adapter le choix du couvert à la culture suivante.

Fertilité du sol Augmentation

L'azote capté par le couvert pendant son développement est restitué progressivement après sa destruction. Une partie sera directement disponible pour la culture suivante. Le couvert permet aussi d'améliorer la disponibilité en phosphore et en potasse pour la culture suivante (remobilisation des éléments).

Risque de stress hydrique : Augmentation

Le prélévement d'eau pendant le développement du couvert peut réduire l'eau disponible dans la réserve utile, en particulier en cas d'hiver sec. La destruction du couvert devra être adaptée au type de sol et aux exigences en eau de la culture suivante.

Biodiversité fonctionnelle Augmentation

Les auxiliaires, les pollinisateurs et la faune du sol peuvent être favorisés par la présence du couvert, de façon variable selon la ou les espèces choisies.

Développement des bio-agresseurs: Variable

Les cultures intermédiaires peuvent avoir un effet variable sur les bio-agresseurs. Elles rompent le cycle de certains, mais fournissent un habitat et/ou de la nourriture à d'autres (limaces, tenthrèdes, altises, pucerons). Il faut éviter de choisir des cultures intermédiaires hôtes de bio-agresseurs communs à ceux des cultures principales (exemple : crucifères dans une rotation avec colza fréquent).

Critères "économiques"

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Charges opérationnelles :Augmentation

En fonction de l'espèce ou du mélange d'espèces choisit, le coût de semences peut varier de 10 à 100 €/ha.

Charges de mécanisation :Augmentation

Le coût de l'implantation peut varier de 0 €/ha (semis à la récolte sous la coupe) à 60 €/ha (semis direct). Le coût de destruction varie également de 0 €/ha (gel) à 30 €/ha (broyage + enfouissement).

Marges globales sur la culture :Sans objet

Marges sur la rotation :Diminution

On a d'un côté des économies d'engrais (restitutions d'azote) et des économies éventuelles de produits phytosanitaires et de passages, et del'autre un coût lié à l'implantation du couvert. L'effet sur la marge est fonction de l'équilibre entre ces deux éléments. Les effets "à long terme" sont difficilement quantifiables et chiffrables et ne sont généralement pas pris en compte dans le calcul des marges (amélioration de la structure du sol, limitation érosion, vie du sol, ...). Le couvert peut aussi être valorisé (récolte, fourrages, ...).

Consommation de carburant :Augmentation

L'implantation et la destruction du couvert entrainent une consommation de carburant plus importante que le maintien du sol nu et sans travail du sol pendant l'interculture.

Critères "sociaux"

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Charge de travail globale:variable

En fonction du mode d'implantation et de destruction, la charge de travail peut être plus ou moins importante que celle liée à la réalisation de faux-semis en interculture.

Temps observations :pas d'effet (neutre)

Temps "mécanisation":variable

En fonction du mode d'implantation et de destruction, la charge de travail peut être plus ou moins importante que celle liée à la réalisation de faux-semis en interculture

Quelques références utiles...

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Titre
Année

Nom(s) auteur(s)

et organisme(s)

editeur ou nom revue
Précisions

Allelopathy: Advances, Challenges and Opportunities

2005

Mallik A. (Lakehead university, Canada)

4th world congress on allelopathy, august 2005, Wagga Wagga, Australia

Article de colloque. Donne une définition de l'allélopathie.

The role of allelopathy in agricultural pest management

2011

Farooq M. , Jabran K. , Cheema Z.A. (University of Agriculture Faisalabad) and Wahid A. (University of Agriculture Faisalabad) ; Siddique K.H.M. (King Saud University)

Pest Management Science 67, pp493-506, 2011

Article de revue scientifique. Donne une définition et ses différentes utilisations en agriculture.

Les nouveaux couverts végétaux - comparaison des différents couverts 2010

2010

SEM Partners

SEM Partners

Site Internet. Catalogue de semences de couverts intermédiaires avec des précisions sur leurs effets allélopathiques (essais en bande, mesures de biomasse d'adventices, test plantes compagnes CETIOM.

Cultures intermédiaires : La protection des eaux pour un surcoût de 20 à 45 €/ha

2006

Labreuche J., Laurent F., Moquet M., Protin P.V., Aubrion G. (Arvalis)

Perspectives agricoles n°321, p22-29

Article de presse

Pertes d'azote par lessivage - Cultures intermédiaires : une efficacité immédiate et durable

2006

Laurent F., Fontaine A. (Arvalis)

Perspectives agricoles n°327, p26-30

Article de presse

Mieux gérer l'interculture pour un bénéfice agronomique et environnemental

2005

Minette S. (CRA Poitou-Charentes)


Dossier technique

Les autres moyens pour limiter le risque en adventices

2011

Pierre Mischler (Agro-Transfert ressources et Territoires)

Agro-Transfert ressources et Territoires

Brochure technique

Inhibition de la croissance des mauvaises herbes après incorporation au sol de résidus végétaux : allélopathie ou modification du cycle de l'azote?

2004

Delabays N. (Agroscope RAC Changins, Suisse) ; Munier-Jolain N. (INRA, UMR BGA)

AFPP - 19ème conférence du COLUMA. Journées internationales sur la lutte contre les mauvaises herbes. Dijon, 8, 9 et 10 décembre 2004

Article de colloque. Essais au champs.

La technique d'interculture mise à profit pour assainir le sol

2011

Institut technique de la Betterave

La technique betteravière du Betteravier Français n°950 du 24 juin 2011

Article de presse

Evaluation de moyens de lutte alternatifs contre le rhizoctone brun de la pomme de terre

2010

Gaucher D. ; Loison R. ; Jaunatre V. ; Engel D.  (Arvalis)

Arvalis institut du végétal
poster

Etat des connaissances scientifiques

2011

Lucas P. (INRA)

Journées thématiques du GIS PIClég : objectif des journées thématiques, déroulement de la journée biofumigation

Diaporama. Extrait d'un diaporama plus large.

Organismes vivants favorisés ou défavorisés par la technique

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Bioagresseurs favorisés

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Organisme
Intensité influence
Précisions

Limaces

faible


Petite altise, Grosse altise, Puceron cendré

moyenne

Possible présence sur couverts avec crucifères.

Puceron vert

Faible

Possible présence sur couverts avec céréales (orge, blé, avoine).

Charbon nu, Rouille couronnée

Faible

Possible présence sur couverts avec avoine

Bioagresseurs défavorisés

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Organisme Intensité influence Précisions

Nématode à kystes

Moyenne

Nématodes spécifiques de la betterave sucrière variétés spécifiques de moutarde ou radis "anti-nématodes"

Nématode

Moyenne

Meloidogyne chitwoodi

Rhizoctone brun, Rhizoctone noir

Moyenne

Rhizoctonia solani. Efficace sur betterave, moins sur pomme de terre.

Piétin verse

Faible

ex. moutarde entre 2 céréales à pailles

Toutes les adventices :

Abutilon de Théophraste, Achillée millefeuille, Adonis (type annuel), Agrostis jouet du vent, Agrostis stolonifère, Alchémille des champs, Amaranthe blanche, Amaranthe blite, Amaranthe couchée, Amaranthe hybride, Amaranthe réfléchie, Ambroisie à feuilles d'armoise, Ammi élevé, Anthémis cotule, Anthémis des champs, Anthémis élevée, Anthémis mixte, Anthrisque commun, Arabette de Thalius, Armoise vulgaire, Arroche étalée, Arroche hastée, Avoine à chapelets, Avoine folle, Avoine stérile ludovicienne, Barbarée intermédiaire, Bident tripartite, Bifora rayonnante, Bleuet, Centaurée bleuet, Brize petite, Brome stérile, Calépine irrégulière, Capselle bourse à pasteur, Cardamine hérissée, Carotte sauvage, Caucale fausse-carotte, Céraiste aggloméré, Chardon marie, Chénopode blanc, Chénopode des murs, Chénopode hybride, Chénopode polysperme, Chiendent pied-de-poule, Chiendent rampant, Chrysanthème des moissons, Cirse, chardon des champs, Concombre anguleux, Sycios anguleux, Crépis de Nîmes, Datura stramoine, Digitaire ischème, Digitaire sanguine, Diplotaxis fausse-roquette, Epiaire annuelle, Epiaire des champs, Epilobe à quatre ongles, Erodium à feuilles de ciguë, Ethuse ciguë, Euphorbe des moissons, Euphorbe exiguë, Euphorbe péplus, Euphorbe réveil-matin, Fenouil commun, Ficaire fausse-renoncule, Fumeterre à petites fleurs, Fumeterre officinale, Gaillet gratteron, Galactitès cotoneux, Galéopsis à feuilles étroite, Galéopsis intermédiaire, Galinsoga cilié, Géranium à feuilles ronde, Géranium à tiges grêles, Géranium colombin, Géranium disséqué, Géranium mou, Gesse sans feuilles, Gesse tubéreuse, Grémil des champs, Helminthie fausse vipérine, Houlque molle, Ivraie raide, Jonc des crapauds, Laiteron des champs, Laiteron maraîcher, Laiteron rude, Laitue scarole, Lamier amplexicaule, Lamier pourpre, Lampourde à gros fruits, Lampsane commune, Linaire bâtarde, Linaire élatine, Linaire mineure, Liseron des champs, Liseron des haies, Lychnis dioïque, Lycopsis des champs, Matricaire camomille, Matricaire discoïde, Matricaire inodore, Mauve sylvestre, Menthe à feuilles rondes, Mercuriale annuelle, Millepertuis couché, Morelle noire, Mouron des champs, Mouron femelle, Moutarde blanche, Moutarde des champs, Sanve, Moutarde noire, Muflier rubicond, Myagre perfolié, Myosotis des champs, Orobanche crénelée, Orobanche rameuse, Ortie royale, Panais cultivé, Panic à inflorescence dichotome, Panic capillaire, Panic faux-millet, Panic pied-de-coq, Paspale à deux épis, Passerage des champs, Passerage drave, Pâturin annuel, Pâturin commun, Pavot argémone, Pavot coquelicot, coquelicot, Peigne de Vénus, Pensée des champs, Persil des moissons, Phalaris paradoxal, Phytolaque à dix étamines, Picris fausse-épervière, Plantin lancéolé, Plantin majeur, Potentille rampante, Prêle des champs, Prêle géante, Rapistre rugeux, Ravenelle, Ray-grass anglais, Ray-grass d'Italie, Renoncule à petites fleurs, Renoncule des champs, Renoncule des marais, Renoncule rampante, Renouée à feuilles de patience, Renouée amphibie forme terrestre, Renouée des oiseaux, Renouée liseron, Renouée persicaire, Renouée poivre d'eau, Réséda raiponce, Rumex à feuilles obtuses, Rumex crépu, Rumex élégant, Rumex oseille, Rumex petite oseille, Sabline à feuilles de serpolet, Scléranthe annuel, Senebière corne-de-cerf, Séneçon vulgaire, Sétaire glauque, Sétaire verte, Sétaire verticillée, Shérardie des champs, Sisymbre officinal, Sorgho d'Alep, Souchet comestible, Souchet sucré, Souchet tubéreux, Spéculaire miroir de Vénus, Spergule des champs, Stellaire intermédiaire, Tabouret des champs, Tordyle élevé, Torilis des champs, Torilis noueux, Tussilage, Valérianne potagère, Vergette de Sumatra, Véronique à feuilles de lierre, Véronique à feuilles de serpolet, Véronique de Perse, Véronique des champs, Véronique luisante, Verveine officinale, Vesce cultivée, Vesce de Bithynie, Vesce hérissée, Vulpie queue de rat, Vulpin des champs

Faible
Via au moins un des modes d'action. Les différences de sensibilités entre espèces ne sont pas renseignés. la liste d'espèces données est une sélection des adventices les plus courantes (près de 200 espèces).

Auxiliaires favorisés

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Organisme Intensité influence Précisions









Auxiliaires défavorisés

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Organisme Intensité influence Précisions









Cultures concernées

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Toutes les cultures assolées peuvent bénéficier d'effets allélopathiques de la culture intermédiaire qui les précède : Ail - Avoine diploïde - Avoine hiver - Avoine printemps - Betterave - Blé dur hiver - Blé dur printemps - Blé tendre hiver - Blé tendre printemps - Cameline - Carotte - Chanvre - Chou fourrager - Chou-fleur d'autome et d'hiver - Chou-fleur d'été - Colza hiver - Colza printemps - Engrain, Petit épeautre - Epeautre - Fenugrec - Féverole hiver - Féverole printemps - Gesse - Haricot - Haricot vert - Laitue - Lentille - Lin fibre hiver - Lin fibre printemps - Lin graine hiver - Lin graine printemps - Lupin blanc doux hiver - Lupin blanc printemps - Lupin bleu printemps - Luzerne - Maïs doux - Maïs ensilage - Maïs grain - Mélilot blanc ou jaune - Melon - Millet - Miscanthus - Moha - Moutarde hiver - Moutarde printemps - Navet d'automne - Navet d'été - Navette - Oignon - Orge hiver - Orge printemps - Pavot (oeillette) - Petit pois - Poireau - Pois chiche - Pois hiver - Pois printemps - Pomme de terre - Prairie - Radis - Ray-grass anglais - Ray-grass d'Italie - Riz - Sainfoin - Sarrasin - Seigle hiver - Soja - Sorgho ensilage - Sorgho grain - Tabac - Tomate industrielle - Tournesol - Trèfle blanc - Trèfle d'Alexandrie - Trèfle de Michelli - Trèfle de Perse - Trèfle incarnat -Trèfle violet - Triticale hiver - Triticale printemps - Vesce commune

Précisions sur les cultures qui peuvent bénéficier des effets de couverts intermédiaires allélopathiques :

  • Avoine d'hiver, Blé tendre d'hiver, Engrain (Petit Epeautre), Epeautre, Orge d'hiver, Seigle d'hiver, triticale d'hiver : utilisation de moutarde contre le piétin-verse
  • Betterave : utilisation de moutardes ou radis contre le rhizoctone brun et les nématodes.
  • Pomme de terre : contre le rhizoctone noir (appelé aussi Rhizoctone brun).

Espèces à effets allélopathiques (l'intensité de l'effet allélopathique est issu du catalogue de Sem-Partners, cf. bibliographie) :

  • Avoine diploïde : effet allélopathique non démontré. Mécanismes et molécules en jeu peu connus.
  • Avoine de printemps, Fenugrec, Gesse, Moha : effet allélopathique moyen, mécanismes et molécules en jeu peu connus.
  • Cameline, Radis : fort effet allélopathique (glucosinolates).
  • Moutarde d'hiver, Moutarde de printemps : action des glucosinolates contre les nématodes (Heterodera Schaati et Meloidogyne chitwoodi) en biofumigation.
  • Sarrasin (Sarrazin) : fort effet allélopathique. Mécanismes et molécules en jeu peu connus.
  • Niger, Pois d'hiver, Pois de printemps : effet allélopathique moyen.

Mots-clés

Commenter cette partie de la fiche dans l'espace d'échanges

Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contôle cultural

Mode d'action  : Action sur le stock initial

Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides  : Reconception

Type de technique : Gestion de l'interculture