Maintenir ou créer des talus

De Agro-PEPS.

Valide.png
Page aboutie


           Cette page a été validée par plusieurs contributeurs issus d'organismes divers

          Vous pouvez contribuer à l'enrichir encore en publiant vos commentaires dans l'espace d'échanges !


Date de dernière modification: 22/02/2012

Contributeurs initiaux :

Daniel Chicouène
Agrobiotech

daniel.chicouene(at)orange.f

Saint Gilles (35)

Jean Roger-Estrade
AgroParisTech
jean.roger-estrade(at)grignon.inra.fr

Paris (75)

Fanch Jestin

Skol ar C'hleuzioù

secretaire(at)talus-bretagne.org

Pouldouran

(22)

Julien Halska
INRA
julien.halska(at)grignon.inra.fr

Epoisses (21)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

Sommaire

Présentation de la technique

Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Maintenir des talus anciens ou selon la situation, en créer de nouveaux. Les talus sont au même titre que les haies des éléments des paysages bocagers et présentent une hauteur et une largeur variable. En cas de création, choisir la terre la plus pauvre possible en nutriments pour un talus non planté (pour limiter la végétation et favoriser les espèces frugales menacées). Il est question dans cette fiche de talus sans haies, bien que les haies sur talus remplissent mieux encore leurs objectifs que ces deux structures isolément (une terre plus riche peut être utilisée en cas de plantation). Un talus sans haie peut être fauché (en dehors des périodes de reproduction des oiseaux qui nichent au sol), ou sur sol oligotrophe (pauvre en éléments nutritifs), la flore spontannée peut être conservée (fougères, bruyère, etc.). Il est conseillé de laisser une bande enherbée le long du talus pour augmenter la distance des matériels d'épandage d'amendements organiques, minéraux, qui sont projetés sur le talus et l'eutrophise.

Talus degrade.JPG

Photo d’un talus effondré jouxtant une parcelle labourée


Exemple de mise en oeuvre :

Des talus oligotrophes existent depuis le néolithique en Bretagne.

Observations générales :

Echelle temporelle de mise en oeuvre : rotation

On dépasse même l'échelle de la rotation, les talus étant plutôt des dispositifs permanents.

Echelle spatialede mise en oeuvreparcelle -exploitation -territoire

Possibilité d'extrapolation (adaptation locale) à

- Toutes les cultures : Facilement généralisable


- Tous les types de sols : Facilement généralisable

Un talus constitué de terre pauvre jouera mieux son rôle de barrière édaphique à la propagation d'adventices qui sont généralement nitrophiles et neutrophiles, voire calcicoles.

- Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable


Réglementation

Texte réglementaire de référence :

Influence de la réglementation  


Objectifs, modes d'action, efficacité, techniques complémentaires et incompatibles

Efficacité : +++ : forte, même si technique utilisée seule - ++ : moyenne si technique utilisée seule, à combiner - +  Faible si technique utilisée seule, à combiner

Indice de confiance : Fort - Moyen - Faible - Nouveauté

Expériences connues : Nombreuses - Quelques unes - Très peu

Objectif Mode d'action détaillé technique(s) complémentaire(s)
technique(s) incompatible(s)
Précisions

Limiter insecticides / molluscicides

Les talus font partie des éléments semi-naturels et peuvent héberger des auxiliaires qui participent à la régulation des ravageurs. Leur développement dépend de l'entretien du talus, notamment du type de végétation qui s'y développe.

Implanter des haies

Implanter des couverts floristiques et faunistiques en jachère

Implanter des bandes herbeuses et florales en bordure des parcelles

 

Efficacité :

+

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Moyen

Expériences connues : Quelques unes

Limiter herbicides

Les talus constituent des obstacles à la dissémination des graines entre parcelles voisines via plusieurs mécanismes fonctions de la biologie des graines : obstacles à la dissémination par le vent, à la dissémination par  l'eau (effet anti érosion), à la dissémination par les rhizomes et autres organes végétatifs et à la dissémination de proche en proche (projection de graines) car les espèces d'adventices sont peu adaptées à des sols pauvres et secs, ainsi qu'à la dissémination par les engins de travail du sol ou de récolte (contention des manoeuvres et passages directs entre deux parcelles évités, cet effet est très fort dans certains cas). Les talus parrallèles à la pente n'accumulent pas de matières nutritives, restent plus oligotrophes, et sont donc plus efficaces pour cet objectif.

Implanter des haies

Implanter des bandes herbeuses et florales en bordure des parcelles

Nettoyer les outils de travail du sol ou de récolte

 

Efficacité :

+

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Faible

Expériences connues : Très peu

Limiter autres pesticides

Les talus font partie des éléments semi-naturels et peuvent héberger des auxiliaires qui participent à la régulation des ravageurs. Leur développement dépend de l'entretien du talus, notamment du type de végétation qui s'y développe.

Implanter des haies

Cultiver des espèces diversifiées dans la rotation

Labourer (et répartir les labours dans la rotation)

 

Efficacité :

+

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Faible

Expériences connues : Très peu

Limiter transfert phytosanitaires vers eau

Un talus barant une pente  joue un rôle de tampon en interceptant une partie des pesticides qui dérivent depuis la parcelle ou ceux qui se trouvent dans l'eau de ruissellement. L'eau de ruissellement s'infiltre mieux et une partie des pesticides qu'elle contient peuvent être dégradés.

Enherber / végétaliser les bords de cours d'eau

Proscrire la pulvérisation et l'épandage en bordure des éléments hydrographiques

Implanter des haies


Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Limiter transferts azote vers eau

Les talus bien placées et orientées perpendiculairement à la pente retiennent temporairement l'eau de ruissellement responsable du transfert d'azote vers les éléments hydrographiques.

Implanter des cultures intermédiaires pièges à nitrates

Enherber / végétaliser les bords de cours d'eau

Pratiquer le semis sous couvert végétal


Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Limiter transfert phosphore vers eau

Le transport du phosphore particulaire est limité grâce au ralentissement du ruissellement lié la présence de l'obstacle que constitue le talus.

Enherber / végétaliser les bords de cours d'eau

Implanter des cultures intermédiaires pièges à nitrates

Pratiquer le semis sous couvert végétal


Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Limiter érosion

Limiter transferts terre vers eau

Les talus sont couverts de végétation. Leur surface est donc peu sensible à l'érosion.

Les talus bien placées et orientées perpendiculairement à la pente retiennent l'eau et les limons qu'elle contient.

Erosion :

Implanter des cultures intermédiaires pièges à nitrates

Cultiver des espèces et variétés diversifiées à l'échelle du territoire

Utiliser des mulchs de bois raméal fragmenté

Transferts de terre :

Implanter des haies

Implanter des bandes herbeuses et florales en bordure des parcelles

Enherber / végétaliser les bords de cours d'eau


Efficacité :

+(érosion) +++ (transferts de terre)

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Maintenir taux matière organique

Les talus bien placées et orientées perpendiculairement à la pente limitent le ruissellement et retiennent les limons et les matières organiques (l'humus et les matières organiques superficielles fixent les substances organiques et minérales).

Restituer et incorporer les résidus de la culture précédente

Réaliser des apports de compost

Pratiquer les techniques culturales sans labour (TCSL)


Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Favoriser la biodiversité végétale sauvage

Au fil du temps, différentes espèces s'installent. Si le sol du talus est pauvre, des espèces spécifiques sont favorisées. Ces dernières ne sont généralement pas des adventices.

Contrôler la présence d'adventices utiles et peu concurrentielles

Implanter des bandes herbeuses et florales en bordure des parcelles

Enherber / végétaliser les bords de cours d'eau


Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Favoriser auxiliaires

Les talus font partie des éléments semi-naturels et peuvent héberger des auxiliaires qui participent à la régulation des ravageurs. Leur développement dépend de l'entretien du talus, notamment du type de végétation qui s'y développe (présence de plantes mellifères). Ils jouent également le rôle de corridors écologiques qui permettent aux espèces animales de se déplacer.

Implanter des couverts floristiques et faunistiques en jachère

Implanter des bandes herbeuses et florales en bordure des parcelles

Créer des bandes culturales extensives


Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Moyen

Expériences connues : Quelques unes

Favoriser pollinisateurs

Les talus peuvent être le support du développement de plantes mellifères favorables aux insectes pollinisateurs. Ils jouent également le rôle de corridors écologiques qui permettent aux espèces animales de se déplacer.

Implanter des couverts floristiques et faunistiques en jachère

Implanter des bandes herbeuses et florales en bordure des parcelles

Créer des bandes culturales extensives


Efficacité :

+++

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Favoriser avifaune

Selon leur forme, leur localisation et leur mode d'entretien, les talus constituent un habitat pour certaines espèces d'oiseaux. Ils jouent également le rôle de corridors écologiques qui permettent aux espèces animales de se déplacer.

Implanter des couverts floristiques et faunistiques en jachère

Implanter des bandes herbeuses et florales en bordure des parcelles

Cultiver des espèces diversifiées dans la rotation


Efficacité :

+++

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Favoriser gibier

Selon leur forme, leur localisation et leur mode d'entretien, les talus jouent le rôle de corridors écologiques qui permettent aux espèces animales de se déplacer.

Implanter des couverts floristiques et faunistiques en jachère

Implanter des bandes herbeuses et florales en bordure des parcelles

Cultiver des espèces diversifiées dans la rotation


Efficacité :

+++

Echelle temporelle d'efficacité :

rotation

Echelle spatiale d'efficacité :

parcelle / exploitation / territoire

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Effets de la technique sur la durabilité du système de culture

Critères "environnementaux"

Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...)  Diminution 

Les talus limitent la dérive de pesticides lors de la pulvérisation et peuvent contribuer à réguler les bio-agresseurs via leur rôle de réservoirs à auxiliaires.

Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...) : Diminution

Les talus limitent la dérive lors de la pulvérisation et peuvent contribuer à réguler les bio-agresseurs via leur rôle de réservoirs à auxiliaires.

Consommation d'énergie fossile : variable

La création de talus peut être énergivore (mais de manière ponctuelle, surtout vu sa durée de vie) mais leur entretien consomme peu d'énergie. Le bilan est fonction de la nature de la surface que remplace le talus (culture, surface non productive, etc.).

Dégagement de GES : variable

Légère augmentation des émissions de CO2 via la création éventuelle et l'entretien.  Le bilan est fonction de la nature de la surface que remplace le talus (culture, surface non productive, etc.).

Biodiversité  : Augmentation

Rôle possible de refuge, de source de nourriture et de corridor écologique. Les talus parralèles à la pente n'accumulent pas de matières nutritives et restent donc plus oligotphes. Ils sont en ce sens plus intéressants pour la biodiversité.

Critères "agronomiques"

Effet sur le rendement de la culture :  pas de connaissance sur impact

Effet sur la productivité du système de culture : pas de connaissance sur impact

L'effet est fonction de la hauteur du talus. Son ombre portée peut réduire le rendement en bord de parcelle. Il a aussi un très léger effet brise vent qui favorise la culture (augmentation du rendement) du côté opposé au vent, mais la défavorise légèrement du côté non abrité où des turbulences se créent (ce qui n'arrive pas avec une haie semi-perméable).

Fertilité du sol pas d'effet (neutre)


Risque de stress hydrique : pas de connaissance sur impact

En bloquant le ruissellement (ce qui favorise l'inflitration de l'eau au bord du talus), les talus réduisent légèrement le risque de stress hydrique.

Biodiversité fonctionnelle Augmentation

Rôle possible de refuge, de source de nourriture et de corridor écologique en faveur de nombreux organismes et notamment des auxiliaires et pollinisateurs.

Critères "économiques"

Charges opérationnelles :pas d'effet (neutre)


Charges de mécanisation :pas d'effet (neutre)

Les coûts de mécanisation pour l'entretien sont très faibles, plus élevés dans le cas d'une mise en place qui reste cependant très ponctuelle. La création est évaluée à 4 à 5 euros hors taxes par mètre avec un buldozer et 30 euros par mètre à la main (talus de 1,3 m de large, cf. bibliographie A l'école des talus).

Marges globales sur la culture :pas d'effet (neutre)

Marges sur la rotation :pas d'effet (neutre)


Consommation de carburant :variable

La création de talus peut être énergivore (mais de manière ponctuelle, surtout au vu de sa durée de vie), mais leur entretien consomme peu d'énergie. Le bilan est fonction de la nature de la surface que remplace le talus (culture, surface non productive, etc.).

Surface productive ::variable

Un nouveau talus peut venir en remplacement de surface productive, ce qui induit éventuellement des pertes de production (cependant, dans le cas de talus plantés, on peut bénéficier de produits divers : bois, fruits, etc. voir fiche sur les haies). Actuellement, on a plus de destructions de talus que de constructions.

Critères "sociaux"

Charge de travail globale:Augmentation

La création reste ponctuelle (15 à 25 mètres à l'heure selon les conditions, 1 à 2 mètres à l'heure à la main, cf. bibliographie A l'école des talus). L'entretien demande relativement peu de temps (un à deux fauchages par an).

Temps observations :pas d'effet (neutre)


Temps "mécanisation":Augmentation

La mise en place et l'entretien sont mécanisés.

Qualité des paysages et image de l'agriculture:Augmentation

Les talus sont des éléments structurants des paysages appréciées. Leur présence participe à donner une bonne image des activités agricoles.Ils constituent des éléments esthétiques des paysages et ont une valeur culturelle et patrimoniale (en particulier dans certains régions comme la Bretagne).

Quelques références utiles...

Titre
Année

Nom(s) auteur(s)

et organisme(s)

editeur ou nom revue
Précisions

L'érosion des sols cultivés en France: manifestation, coûts, remèdes

1996

Bussière M. (université Picardie Jules Verne)

Université Picardie Jules Verne

Mémoire d'ingénieur

Le rôle du bocage dans la dissémination entre parcelles des mauvaises herbes des cultures

2004

Chicouène D.

Ingénieries n°38, juin 2004, pp47-59

Article de presse

Auxiliaires en grandes cultures

1999

Hasler M. ; Keller L. ; Meyer A.

Service roman de vulgarisation agricole. Revue UFA 1/99,
8401 Winterthour, 1ère édition

Brochure technique

Association Skol ar C'hleuzioù A l'école des talus

2011

Association Skol ar C'hleuzioù A l'école des talus

Association Skol ar C'hleuzioù A l'école des talus

Site Internet. Site très complet sur la préservation et la création (indications de prix) de talus en Bretagne.


Organismes vivants favorisés ou défavorisés par la technique

Bioagresseurs favorisés

Organisme
Intensité influence
Précisions









Bioagresseurs défavorisés

Organisme Intensité influence Précisions

Cécidomyie des fleurs de blé, Cécidomyie du pois, Charançon de la tige, Charançon du bourgeon terminal, Cicadelle de la betterave, Cicadelle du blé, Cicadelle du maïs, Hannetons, Limaces, Méligèthes, Noctuelle de la tomate, Noctuelle terricole, Vers gris, Puceron de la pomme de terre, Puceron noir de la féverole, Puceron vert du pois, Puceron vert et rose de la pomme de terre, Pucerons d'automne, Pucerons des crucifères, Pucerons vecteurs jaunisse grave, Pucerons vecteurs jaunisse modérée, Pyrale, Scutigérelles, Taupins, Thrips du lin, Thrips du pois, Tordeuse du pois

Efficacité non carcatérisée


Auxiliaires favorisés

Organisme Intensité influence Précisions

Araignées, Syrphes, Chrysopes, Coccinelles, Carabes, Staphylins, Hyménoptères, Mouches parasitoïdes, Champignons parasites, Lézards, Petit mammifères, Punaises dont mirides

+ (faible si technique utilisée seule, à combiner)


Auxiliaires défavorisés

Organisme Intensité influence Précisions









Cultures concernées

Toutes cultures :Ail, Avoine diploïde, Avoine d'hiver, Avoine de printemps, Betterave, Blé dur, Blé tendre d'hiver, Blé tendre deprintemps, Cameline, Carotte, Chanvre, Chou fourrager, Chou fleur d'automne et d'hiver, Chou fleur d'été, Colza d'hiver, Colza de printemps, Engrain / Petit épeautre, Epeautre, Fénugrec, Féverole d'hiver, Féverole de printemps, Gesse, Haricot, Haricot vert, Laitue, Lentille, Lin fibre d'hiver, Lin fibre de printemps, Lin graine d'hiver,Lin graine de printemps, Lupin blanc doux d'hiver, Lupin blanc deprintemps, Lupin bleu de printemps, Luzerne, Maïs doux, Maïs ensilage, Maïs grain, Mélilot blanc ou jaune, Melon, Millet, Miscanthus, Moha, Moutarde d'hiver, Moutarde de printemps, Navet d'automne, Navet d'été, Navette, Niger, Oignon, Orge d'hiver, Orge de printemps, Pavot, Phacélie, Petit pois, Poireau, Pois chiche, Pois d'hiver, Pois de printemps, Pomme de terre, Radis, Ray-grass anglais, Ray-grass d'Italie, Riz, Sainfoin, Sarrasin, Seigle d'hiver, Soja, Sorgho ensilage, Sorgho grain,Tabac, Tomate industrielle, Tournesol, Trèfle blanc, Trèfled'Alexandrie, Trèfle de Michelli, Trèfle de Perse, Trèfle incarnat, Trèfle violet, Triticale de printemps, Triticale d'hiver, Vesce commune

Mots-clés

Méthode de contrôle des bioagresseurs : Aménagements paysagers

Mode d'action  : Action sur le stock initial

Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides  : Reconception

Type de technique : Organisation paysagère

Outils personnels