Préférer les apports d'azote localisés aux apports en plein

De Agro-PEPS.

Valide.png
Page aboutie


           Cette page a été validée par plusieurs contributeurs issus d'organismes divers

          Vous pouvez contribuer à l'enrichir encore en publiant vos commentaires dans l'espace d'échanges !


Date de dernière modification: 24/11/2011

Contributeurs initiaux :

Rémi Duval
ITB
duval(at)itbfr.org
Paris (75)
Alain Berthier
INRA
alain.berthier(at)epoisses.inra.fr
Epoisses (21)
François Dumoulin
CA 60
francois.dumoulin(at)agri60.fr
Fresnoy le Luat (60)
Rémy Ballot
INRA
remy.ballot(at)grignon.inra.fr
Grignon (78)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

Sommaire

Présentation de la technique

Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Réaliser le premier apport d'azote lors du semis, sous forme liquide ou solide, en le localisant à proximité de la ligne de semis à l'aide d'un équipement adapté. Des apports en cours de végétation sous forme liquide, solide ou gazeuse peuvent également être localisés.

Exemple de mise en oeuvre :

Sur betterave, lors du semis, réaliser un apport d'azote sous forme de solution azotée ou d'ammonitrate, localisé à 5-6 cm du rang et à 4-5 cm de profondeur, permet d'économiser de 15 à 30 unités pour un rendement identique, voire amélioré de 3 %. Le solde pourrait être apporté au stade 4 feuilles à l'aide d'équipements de binage / localisation..

Sur maïs, la localisation d'engrais strarter (phosphate d'ammoniac) au semis permet avant tout un démarrage rapide de la culture. Le solde apporté sous forme solide, liquide ou gazeuse (ammoniac anhydre) peut également être localisé dans l'interrang jusqu'au stade 6-8 feuilles.

Observations générales :

Echelle temporelle de mise en oeuvre : sur la culture


Echelle spatialede mise en oeuvreparcelle

Possibilité d'extrapolation (adaptation locale) à

- Toutes les cultures : 'Pas généralisable

La localisation des apports d'azote ne peut s'appliquer qu'aux cultures de printemps semées à grand écartement (maïs, betterave…). Elle se justifie particulièrement dans le cas de cultures dont les besoins en azote sont importants dès les premiers stades (betterave...) alors que l'exploration du sol par le système racinaire est encore limitée.

- Tous les types de sols : Facilement généralisable

Le choix du matériel de localisation doit tenir compte du type de sol ; sur sol à tendance argileuse, les disques enfouisseurs sont à éviter au profit des coutres étroits.

- Tous les contextes climatiques Généralisation parfois délicate

Sur sol à tendance argileuse, la localisation de l'azote en conditions trop humides peut entrainer des tassements ou lissages.

Réglementation

Texte réglementaire de référence :

Influence de la réglementation  


Objectifs, modes d'action, efficacité, techniques complémentaires et incompatibles

Efficacité : +++ : forte, même si technique utilisée seule - ++ : moyenne si technique utilisée seule, à combiner - +  Faible si technique utilisée seule, à combiner

Indice de confiance : Fort - Moyen - Faible - Nouveauté

Expériences connues : Nombreuses - Quelques unes - Très peu

Objectif Mode d'action détaillé technique(s) complémentaire(s)
technique(s) incompatible(s)
Précisions

Limiter herbicides

La localisation de l'azote au semis permet de favoriser un démarrage rapide de la culture, donc d'obtenir un refermement de l'interrang plus rapide. En cours de végétation, un apport localisé  combiné à un binage permet également de lutter contre les adventices présentes sur l'inter-rangs

Pratiquer le désherbage mécanique - Binage

Pratiquer le désherbage mécanique - Bineuse kress

Cultiver des espèces aux périodes d'implantation variées

 

Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité : Culture

Echelle spatiale d'efficacité : Parcelle

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Améliorer efficacité azote

Améliorer efficience énergétique

La localisation de l'azote à proximité de la ligne de semis quand l'exploration du profil par le système racinaire est encore limitée permet de réduire les risques de pertes par lessivage (dans le cas de betterave sur sols profonds, ce risque de perte est faible, sauf cas de fortes précipitations printannières qui entraineraient l'azote au delà de la profondeur atteinte par les racines dès la fin du printemps) .

Se fixer des objectifs de rendement correspondant aux potentialités des parcelles

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en cours de campagne à partir de mesures, pesées ou observations

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en fonction du précédent et de l'interculture

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en fonction de la variété

 

Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité : Culture

Echelle spatiale d'efficacité : Parcelle

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Limiter émissions ammoniac

La localisation de l'azote en profondeur permet de limiter les risques de perte par volatilisation.

Se fixer des objectifs de rendement correspondant aux potentialités des parcelles

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en cours de campagne à partir de mesures, pesées ou observations

Préférer les formes d'engrais azoté à faible volatilisation

 

Efficacité :

++

Echelle temporelle d'efficacité : Culture

Echelle spatiale d'efficacité : Parcelle

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Effets de la technique sur la durabilité du système de culture

Critères "environnementaux"

Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...)  Diminution 

La localisation de l'azote permet de réduire les risques de transfert par lessivage, en particulier sur sols superficiels.

Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...) : Diminution

La localisation de l'azote permet de réduire les émissions d'ammoniac par volatilisation

Consommation d'énergie fossile : Diminution

La localisation de l'azote permet de réduire les pertes par lessivage ou volatilisation. Cette technique peut donc permettre de réduire la dose totale apportée et la consommation d'énergie fossile liée à la fabrication des engrais.

Dégagement de GES : Diminution

La localisation de l'azote permet de réduire les pertes par lessivage ou volatilisation. Cette technique peut donc permettre de réduire la dose totale apportée et les dégagements de gaz à effet de serre liée à la fabrication des engrais.

Critères "agronomiques"

Effet sur le rendement de la culture :  variable

Effet sur la productivité du système de culture : variable

Sur betterave, des gains de rendement liés à la localisation de la fertilisation azotée ont été mis en évidence.

Fertilité du sol : Augmentation

L'enfouissement de l'azote permet de limiter l'acidification de surface qui peut être provoqué par un apport de solution azotée en plein.

Risque de stress hydrique : pas d'effet (neutre)


Biodiversité fonctionnelle pas d'effet (neutre)


Critères "économiques"

Charges opérationnelles :Diminution

La localisation de l'azote permet de réduire les pertes par lessivage ou volatilisation. Cette technique peut donc permettre de réduire la dose totale apportée.

Charges de mécanisation :Augmentation

La localisation de la fertilisation azotée implique l'utilisation de matériel spécifique : 4 000 à 12 000 € pour équiper un semoir à betterave par exemple.

Marges globales sur la culture :Augmentation

Marges sur la rotation :Augmentation

Une fois le matériel amortit, la localisation de la fertilisation azotée se traduit par une amélioration de l'efficience de la fertilisation azotée, donc de la rentabilité variable selon la culture.

Consommation de carburant :pas d'effet (neutre)


Critères "sociaux"

Charge de travail globale:pas d'effet (neutre)


Temps observations :pas d'effet (neutre)


Temps "mécanisation":pas d'effet (neutre)


Quelques références utiles...

Titre
Année

Nom(s) auteur(s)

et organisme(s)

editeur ou nom revue
Précisions

L'enfouissement localisé de l'azote est toujours d'actualité

2010

ITB

La technique betteravière n°926

Article de presse

Enfouissement localisé de l'azote au semis


ITB


Brochure technique

Betterave ou maïs - Un meilleur rendement en localisant l'azote au semis

2003

Amandine Laurent

JA n°581

Article de presse

Organismes vivants favorisés ou défavorisés par la technique

Bioagresseurs favorisés

Organisme
Intensité influence
Précisions









Bioagresseurs défavorisés

Organisme Intensité influence Précisions

Toutes les adventices : Abutilon de Théophraste, Achillée millefeuille, Adonis (type annuel), Agrostis jouet du vent, Agrostis stolonifère, Alchémille des champs, Amaranthe blanche, Amaranthe blite, Amaranthe couchée, Amaranthe hybride, Amaranthe réfléchie, Ambroisie à feuilles d'armoise, Ammi élevé, Anthémis cotule, Anthémis des champs, Anthémis élevée, Anthémis mixte, Anthrisque commun, Arabette de Thalius, Armoise vulgaire, Arroche étalée, Arroche hastée, Avoine à chapelets, Avoine folle, Avoine stérile ludovicienne, Barbarée intermédiaire, Bident tripartite, Bifora rayonnante, Bleuet, Centaurée bleuet, Brize petite, Brome stérile, Calépine irrégulière, Capselle bourse à pasteur, Cardamine hérissée, Carotte sauvage, Caucale fausse-carotte, Céraiste aggloméré, Chardon marie, Chénopode blanc, Chénopode des murs, Chénopode hybride, Chénopode polysperme, Chiendent pied-de-poule, Chiendent rampant, Chrysanthème des moissons, Cirse, chardon des champs, Concombre anguleux, Sycios anguleux, Crépis de Nîmes, Datura stramoine, Digitaire ischème, Digitaire sanguine, Diplotaxis fausse-roquette, Epiaire annuelle, Epiaire des champs, Epilobe à quatre ongles, Erodium à feuilles de ciguë, Ethuse ciguë, Euphorbe des moissons, Euphorbe exiguë, Euphorbe péplus, Euphorbe réveil-matin, Fenouil commun, Ficaire fausse-renoncule, Fumeterre à petites fleurs, Fumeterre officinale, Gaillet gratteron, Galactitès cotoneux, Galéopsis à feuilles étroite, Galéopsis intermédiaire, Galinsoga cilié, Géranium à feuilles ronde, Géranium à tiges grêles, Géranium colombin, Géranium disséqué, Géranium mou, Gesse sans feuilles, Gesse tubéreuse, Grémil des champs, Helminthie fausse vipérine, Houlque molle, Ivraie raide, Jonc des crapauds, Laiteron des champs, Laiteron maraîcher, Laiteron rude, Laitue scarole, Lamier amplexicaule, Lamier pourpre, Lampourde à gros fruits, Lampsane commune, Linaire bâtarde, Linaire élatine, Linaire mineure, Liseron des champs, Liseron des haies, Lychnis dioïque, Lycopsis des champs, Matricaire camomille, Matricaire discoïde, Matricaire inodore, Mauve sylvestre, Menthe à feuilles rondes, Mercuriale annuelle, Millepertuis couché, Morelle noire, Mouron des champs, Mouron femelle, Moutarde blanche, Moutarde des champs, Sanve, Moutarde noire, Muflier rubicond, Myagre perfolié, Myosotis des champs, Orobanche crénelée, Orobanche rameuse, Ortie royale, Panais cultivé, Panic à inflorescence dichotome, Panic capillaire, Panic faux-millet, Panic pied-de-coq, Paspale à deux épis, Passerage des champs, Passerage drave, Pâturin annuel, Pâturin commun, Pavot argémone, Pavot coquelicot, coquelicot, Peigne de Vénus, Pensée des champs, Persil des moissons, Phalaris paradoxal, Phytolaque à dix étamines, Picris fausse-épervière, Plantin lancéolé, Plantin majeur, Potentille rampante, Prêle des champs, Prêle géante, Rapistre rugeux, Ravenelle, Ray-grass anglais, Ray-grass d'Italie, Renoncule à petites fleurs, Renoncule des champs, Renoncule des marais, Renoncule rampante, Renouée à feuilles de patience, Renouée amphibie forme terrestre, Renouée des oiseaux, Renouée liseron, Renouée persicaire, Renouée poivre d'eau, Réséda raiponce, Rumex à feuilles obtuses, Rumex crépu, Rumex élégant, Rumex oseille, Rumex petite oseille, Sabline à feuilles de serpolet, Scléranthe annuel, Senebière corne-de-cerf, Séneçon vulgaire, Sétaire glauque, Sétaire verte, Sétaire verticillée, Shérardie des champs, Sisymbre officinal, Sorgho d'Alep, Souchet comestible, Souchet sucré, Souchet tubéreux, Spéculaire miroir de Vénus, Spergule des champs, Stellaire intermédiaire, Tabouret des champs, Tordyle élevé, Torilis des champs, Torilis noueux, Tussilage, Valérianne potagère, Vergette de Sumatra, Véronique à feuilles de lierre, Véronique à feuilles de serpolet, Véronique de Perse, Véronique des champs, Véronique luisante, Verveine officinale, Vesce cultivée, Vesce de Bithynie, Vesce hérissée, Vulpie queue de rat, Vulpin des champs

++ (moyenne si technique utilisée seule, à combiner)








Auxiliaires favorisés

Organisme Intensité influence Précisions









Auxiliaires défavorisés

Organisme Intensité influence Précisions









Cultures concernées

Cultures de printemps semées à grand écartement : Betterave, Maïs grain, Maïs ensilage, Pomme de terre

Mots-clés

Méthode de contrôle des bioagresseurs : Contrôle cultural

Mode d'action  : Atténuation en culture

Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides  : Reconception

Type de technique : Fertilisation 

Outils personnels