Se fixer des objectifs de rendement correspondant aux potentialités des parcelles

De Agro-PEPS.

Valide.png
Page aboutie


           Cette page a été validée par plusieurs contributeurs issus d'organismes divers

          Vous pouvez contribuer à l'enrichir encore en publiant vos commentaires dans l'espace d'échanges !



Date de dernière modification: 01/11/2011

Contributeurs initiaux :

Lionel Jouy

ARVALIS-Institut du végétal

l.jouy(at)arvalisinstitutduvegetal.fr

Boigneville (91)

Jacques Girard

CA 14

j.girard(at)calcvados.chambagri.fr

Caen (14)

Grégory Véricel

INRA

gregory.vericel(at)toulouse.inra.fr

Toulouse (31)

Rémy Ballot

INRA
remy.ballot(at)grignon.inra.fr
Grignon (78)

Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

Sommaire

Présentation de la technique

Caractérisation de la technique

Description de la technique :

L'objectif de rendement constitue entre autre une base pour définir la conduite technique des cultures (dose prévisionnelle d'azote, protection phytosanitaire...). En plus des objectifs de l'agriculteur, l'objectif de rendement doit, pour être réaliste, être cohérant avec le potentiel de rendement de la parcelle.

Le potentiel de rendement est fonction (1) du contexte pédoclimatique, (2) de l'historique cultural de la parcelle, (3)  de la connaissances / maîtrise / expérience du producteur et (4) des moyens de production disponibles (matériel génétique, intrants, machinisme...). Si les deux premiers éléments sont plutôt figés, les deux derniers sont amenés à évoluer. Le potentiel de rendement d'une parcelle n'est donc pas figé, l'objectif de rendement peut donc évoluer au cours du temps.

Par ailleurs, le rendement présente également une variabilité interannuelle liée à la variabilité du climat.  Cette variabilité implique de définir un objectif de rendement correspondant au rendement atteint au moins 2 années sur 3 sur les 10 dernières années par exemple, ou au rendement moyen réalisé sur les 5 dernières années hors extrèmes.

Exemple de mise en oeuvre :

Observations générales :

Echelle temporelle de mise en oeuvre : sur la culture

Echelle spatiale d'efficacitéparcelle

Possibilité d'extrapolation (adaptation locale) à

- Toutes les cultures :'Généralisation parfois délicate

Mise en œuvre difficile dans le cas de cultures secondaires présentes de manière occasionnelle sur l'exploitation (historique des rendements obtenus sur des parcelles aux potentialités comparables limité) voire impossible dans le cas de cultures nouvelles sur l'exploitation (absence d'historique de rendement).

- Tous les types de sols : Facilement généralisable

- Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

Réglementation

Texte réglementaire de référence :

Influence de la réglementation   Positive - Négative:

Objectifs, modes d'action, efficacité, techniques complémentaires et incompatibles

Efficacité : +++ : forte, même si technique utilisée seule - ++ : moyenne si technique utilisée seule, à combiner - +  Faible si technique utilisée seule, à combiner

Indice de confiance : Fort - Moyen - Faible

Expériences connues : Nombreuses - Quelques unes - Très peu

Objectif Mode d'action détaillé technique(s) complémentaire(s)
technique(s) incompatible(s)
Précisions

Limiter excès azote

Limiter apports engrais azotés

Améliorer efficience énergétique

La définition d'objectifs de rendement cohérant avec les potentialités de la parcelle doit conduire à limiter la dose totale d'azote apportée sans pénaliser le rendement, donc d'améliorer l'efficience énergétique de la fertilisation azotée.

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en fonction du précédent et de l'interculture

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en fonction de la variété cultivée

Ajuster le niveau de fertilisation des cultures en cours de campagne à partir de mesures, pesées ou observations

Fractionner la dose totale d'azote apportée à la culture

 

Efficacité : +++

Echelle temporelle d'efficacité : Culture

Echelle spatiale d'efficacité : Parcelle

Indice de confiance : Fort

Expériences connues : Nombreuses

Effets de la technique sur la durabilité du système de culture

Critères "environnementaux"

Transfert polluant vers eaux (N, P, phyto ...)  Diminution

La définition d'objectifs de rendement cohérants avec les potentialités des parcelles doit conduire à éviter les apports d'azote en excès, donc les risques de transferts vers l'eau. Ceci peut aussi contribuer à limiter les risques de transfert de phosphore ou de produits phytosanitaires si (i) l'adaptation de la tolérance vis-à-vis des dégâts, dommages ou pertes en fonction des potentialités des parcelles et / ou (ii) la réduction des risques liés aux bioagresseurs ou à la verse favorisés par une fertilisation en excès conduit à en réduire l'usage.

Transfert polluant vers air (N, P, phyto ...) pas d'effet (neutre)


Consommation d'énergie fossile : Diminution

La définition d'objectifs de rendement cohérants avec les potentialités des parcelles doit conduire à éviter les apports d'azote en excès, donc àréduire la dose moyenne d'azote apportée à l'hectare et la consommation d'énergie fossile liée à la fabrication d'engrais minéraux.

Dégagement de GES : Diminution

La définition d'objectifs de rendement cohérants avec les potentialités des parcelles doit conduire à éviter les apports d'azote en excès, donc àréduire la dose moyenne d'azote apportée à l'hectare et les dégagements de gaz à effet de serre à la fabrication d'engrais minéraux.

Critères "agronomiques"

Effet sur le rendement de la culture :  variable

Effet sur la productivité du système de culture : variable

La définition d'un objectif de rendement cohérant avec les potentialités de la parcelle peut conduire à limiter les risques d'accidents liés à la surfertilisation (verse des céréales, du colza…). Si la fertilisationazotée est pilotée en tenant compte du contexte climatique de l'année, le rendement ne doit pas êtrepénalisé.

Fertilité du sol : pas d'effet (neutre)


Risque de stress hydrique : pas d'effet (neutre)

Biodiversité fonctionnelle : pas d'effet (neutre)

Critères "économiques"

Charges opérationnelles :Diminution-

La définition d'objectifs de rendement cohérants avec les potentialités des parcelles doit conduire à éviter les apports d'azote en excès, donc à réduire la dose moyenne d'azote apportée à l'hectare et les charges qui y sont liées.

Charges de mécanisation :pas d'effet (neutre)

Si la définition d'un objectif de rendement cohérant avec les potentialités des parcelles permet de réduire la dose moyenne d'azote apportée, elle est complémentaire avec le fractionnement de la dose totale et ne conduit donc pas à diminuer le nombre de passages.

Marges globales sur la culture :Augmentation

Marges sur la rotation :Augmentation

La définition d'objectifs de rendements cohérants avec les potentialitésdes parcelles, combinée à un pilotage de la fertilisation tenant compte du contexte climatique de l'année, doit conduire à réduire les charges de fertilisation sans pénaliser le rendement.

Consommation de carburant :pas d'effet (neutre)

Si la définition d'un objectif de rendement cohérant avec les potentialités des parcelles permet de réduire la dose moyenne d'azote apportée, elle est complémentaire avec le fractionnement de la dose totale et ne conduit donc pas à diminuer le nombre de passages.

Critères "sociaux"

Charge de travail globale:pas d'effet (neutre)


Temps observations :pas d'effet (neutre)


Temps "mécanisation":pas d'effet (neutre)


Quelques références utiles...

Titre
Année

Nom(s) auteur(s)

et organisme(s)

editeur ou nom revue
Précisions

Blé tendre - Des itinéraires culturaux qui tiennent compte des potentiels

2011

Jouy L., Wissocq A. (Arvalis)

Perspectives agricoles n°379, p47-49

Article de presse

Construction des itinéraires techniques : Estimer les potentiels pour fixer des objectifs de rendement

1996

Lorgeoux J. (Arvalis), Limaux F. (CRA Lorraine), Koller R. (ARAA)

Actes de la journée technique du comité potentialité "Expérimenter sur les conduites de cultures : Un nouveau savoir-faire au service d'une agriculture en mutation" DERF - ACTA

Actes de colloque

Ajuster et fractionner les apports d'azote sur céréales d'hiver
2010

Brachet A. (CA 49)

Anjou Cultures n°144

Article de presse

Organismes vivants favorisés ou défavorisés par la technique

Bioagresseurs favorisés

Organisme
Intensité influence
Précisions









Bioagresseurs défavorisés

Organisme Intensité influence Précisions









Auxiliaires favorisés

Organisme Intensité influence Précisions









Auxiliaires défavorisés

Organisme Intensité influence Précisions









Cultures concernées

Toutes cultures fertilisées :Ail, Avoinediploïde, Avoine d'hiver, Avoine de printemps, Betterave, Blé dur, Blé tendre d'hiver, Blé tendre de printemps, Cameline, Carotte, Chanvre, Chou fourrager, Chou fleur d'automne et d'hiver, Chou fleur d'été, Colza d'hiver, Colza de printemps, Engrain / Petit épeautre, Epeautre, Fénugrec, aitue, Lentille, Lin fibre d'hiver, Lin fibre de printemps, Lin graine d'hiver,Lin graine de printemps,Maïs doux, Maïs ensilage, Maïs grain, Melon, Millet, Miscanthus, Moha, Moutarde d'hiver, Moutarde de printemps, Navet d'automne, Navet d'été, Navette, Niger, Oignon, Orge d'hiver, Orge de printemps, Pavot, Phacélie, Pomme de terre, Poireau, Radis, Ray-grass anglais, Ray-grass d'Italie, Riz, Sarrasin, Seigle d'hiver, Sorgho ensilage, Sorgho grain,Tabac, Tomate industrielle, Tournesol,Triticale de printemps, Triticale d'hiver

Mots-clés

Méthode de contrôle des bioagresseurs : Sans objet

Mode d'action  : Sans objet

Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides  : Sans objet

Type de technique : Fertilisation









Outils personnels